Les hameaux de Sauveterre

30. Les hameaux de Sauveterre

Caractéristiques du circuit

.
Durée : Environ 2 heures 30 mn

Dénivelé : Environ 250 m

Difficultés : Pas de difficultés particulières

Balisage : jaune

Distance :

Départ : Mairie de Sauveterre (Bruncan)

Voir carte IGN

Voir vue satellite

A Voir : Donjon du 11ème siècle, Chapelle Notre Dame, Panoramique sur le massif du Cagire et du Gar, Architecture traditionnelle (fermes et granges)

Le circuit




.

1. Prendre le chemin goudronné qui passe derrière la Mairie. Continuer ce chemin toujours tout droit.
Environ 200 m après les dernières maisons, abandonner le chemin principal pour suivre un sentier sur la droite qui rejoint Barry.

2. Du Hameau, faire un aller-retour (15 mn) jusqu’au sommet de la côte de Notre Dame (Chapelle, donjon du 12ème siècle).
Quitter Barry en suivant la route en direction de Reston. Laisser celle-ci sur sa droite pour emprunter une toute petite route qui rejoint Reston(vue très agréable sur les massifs du Gar et du Cagire).

3. Dans Reston tourner à gauche et à la sortie du hameaun prendre toujours à gauche sur un chemin large. Après une montée courte mais caillouteuse, rejoindre la forêt. Laisser sur la droite un chemin qui descend et continuer tout droit. Lorsque le chemin tourne à gauche, prendre un sentier sur la droite, d’abord à flanc puis en descente jusqu’à la route à 400 m au sud de lôo.

4. A l’entrée du hameau, tourner à gauche entre deux maisons.
Le goudron fait rapidment place à un chemin de terre. Laisser un premier chemin sur la gauche, puis un deuxième sur la droite (oratoire)et contiuer tout droit jusqu’à la route.

5. Parvenu à la route (D9) tourner à gauche, suivre la route sur 150 m puis tourner à droite. Suivre une piste de terre (belle vue sur le Pic de Bigorre).
350 m plus loin, prendre à gauche un petit chemin qui descend et longe le ruisseau de Lôo (à sec en été). Remonter au premier embranchement, prendre à gauche.
Remonter vers Garnère.

6. Depuis Garnère, prendre la direction de Barbazan sur 30 m, puis tourner à gauche entre deux maisons sur un chemin que l’on suit jusqu’au premier carrefour, 5 mn après le lavoir. Là, tourner à gauche et descendre sur Bruncan.

.


Les Sauvetés

Au milieu du 11ème siècle, en pleine réforme grégorienne, l’Eglise affirme sa puissance face au pouvoir des laïcs. Pour structurer les campagnes et encadrer les populations de plus en plus nombreuses, elle organise dans le Sud-Ouest la fondation de nouvelle communautés villageoise : les sauvetés.
Ses objectifs sont autant économiques, politiques que religieux. A travers ces créations, elle contrôle l’espace, les hommes et les âmes. Ces fondations sont très limitées dans le temps. Elles interviennent entre 1050 et 1200. C’est un mouvement rapide, mais très important (40 fondations entre 1100 et 1200 dans le Comminges).
Les sauvetés sont des espaces sous l’autorité de l’Eglise, souvent bornées par des croix. Protégés par "la paix de Dieu", les "hôtes" qui s’y installaient à l’abri des guerres féodales.
Tout délit commis à l’intérieur du périmètre de la sauveté passible d’une excommunication.
Le statut des habitants était souvent avantageux : ils étaient libres de coprs et jouissant de droit de propriété ; les redevances codifiées n’étaient plus soumises à l’arbitraire du seigneur ; ils recevaient un "casal" (lot à bâtir et à cultiver) qu’ils devaient exploiter.
Les artigues (parcelles rectangulaiures conquises sur la forêt) et les barthes (fonds de vallée marécageux) sont ainsi de nouvelles terre mises en valeurs.
Ces fondations écclésiastiques furent certainement un obstacle à la difusion de l’hérésie cathare dans le Comminges.
A la fin du 11ème siècle, le mouvement des fondations s’essouffle ; il reprendra sous une autre forme au 13ème siècle avec les bastides (Montréjeau, Villeneuve de rivière, Valentine).



Marchés publics | Contacts | Plan du site | Mentions légales |