Autour de Malvezie

10. Autour de Malvezie

Caractéristiques du circuit

.
Durée : 2 heures 30 mn

Dénivelé : 250 m

Difficultés : Pas de difficultés particulières

Balisage : jaune

Distance :

Départ : Place de Malvezie

Voir carte IGN 1847 OT

Voir vue satellite

A voir : Contraste des types de végétations en fonction des expositions, Hameaux et granges typiques de l’ancienne économie agropastorale, Forte densité en cervidés (cerfs, biches, chevreuils).

.

Le circuit




1. De la place, suivre la rue qui s’enfonce dans le village derrière le monument aux morts. A son extrémité, tourner à gauche, pour monter vers le haut du village (Cap de la Vieille).

2. 200 m après, tourner à droite entre deux maisons. Le sentierappelé "la côte pavée" (autrefois emprunté par des attelages de luges comme le laisse apparaître sur la roche des profondes ornières) s’élève rapidement sur des pentes couvertes de buis (attention au feu). Bifurquer à gauche, puis 450 m après, à droite. Vous parviendrez alors aux premières granges. Le chemin désormais ombragé, monte en logeant des près vers Bouves (en 1945, ce secteur fut entièrement brûlé pa les troupes allemandes qui traquaient les maquisards réfugiés dans ces montagnes). Vous remarquerez un abrevoir dans un ancien sarcophage !

3. Suivre le balissage et rejoindre la piste qui descend du com des Ares. Tourner à gauche et descendre la piste vers le hameau de Vignaut.

.

Les Hallalous

La mythologie du Haut-Comminges est extrêmement riche. Dans ce pays calcaire, elle est souvent associée aux anfractuositées naturelles de la roche (grottes, dolines...).
Là, à proximité du village vivaient des fées, ou êtres de petites tailles. Leurs présences bienveillantes rassuraient la communauté villageoise. Ces deux mondes parallèles ne se cotoyaient guère, mais parfois une rencontre fotuite pouvait donner lieu à un récit le soir, à la veillée.
Une ancienne légende relate l’existance de petits êtres qui vivaient au dessus du Hameau de Vignaut : les Hallalous. Les Hallalous, semblables, à des lutins fuyaient la compagnie des hommes. Pourtant les habitants de Vignaut avaient l’habitude de voir étendu sur les pentes des clarières du "tras St-Pé" leur linge, d’une taille inhabituelle.
Un jour un enfant hallalou s’était approché des habitations. IL fut accueilli dans une maison de Vignaut. Au bout de quelques heures, des cris afolés semblant être ceux d’une mères éplorée se firent entendre A ces cris, l’enfant bondi par la fenêtre. On ne revit plus jamais, ni lui, ni ses congénères.



Marchés publics | Contacts | Plan du site | Mentions légales |