Le tour de Seilhan

20. Le tour de Seilhan

Caractéristiques du circuit

.
Durée : 2 heures 30 mn

Dénivelé : 150 m

Difficultés : Deux passages courts nécéssitent un peu d’attention. Le franchissement de quelques clôtures oblige à une petite gymnastique.

Balisage : jaune

Distance :

Départ : Eglise de Seilhan

Voir carte IGN 1847 OT

Voir vue satellite

A voir : Hameaux et granges typiques de l’ancienne économie agropastorale. Forte densité de cervidés (cerfs, biches et chevreuils.
.

Le circuit




1. Depuis l’église de seilhan, suivre la rue de Gourdan. Environ 300 m plus loinn tourner à droite entre deux maisons sur un chemin large jusqu’au pied de la mantagne.

2. Emprunter alors, sur la gauche, un sentier qui monte dans le bois ( passage un peu rapide et glissant). Rapidement, l’itinéraire s’oriente sur la gauche, à flanc de montagne, au milieu des buis.

3. Remonter un chemin bien marqué vers la droite. Lorsque la pente s’atténue, tourner à gauche et descendre jusqu’à la route départementale (passage un peu raide).

4. Traverser la route et continuer sur le chemin en face (la "Baraque" sur les cartes IGN). Vous parviendrez à un belvédère dominant la Garonne.

5. Laisser l’itinéraire VTT sur la gauche et descendre tout droit sur un petit sentier en direction de la Garonne. Au deuxième lacet, lorsque le sentier rentre dans le bois, prendre à gauche un petit chemin (petit escalier en place), traverser un "tunnel" sous le rocher, et rejoindre les berges de la Garonne : attention vou traversez des propriétés privées : refermez systhématiquement les barières, abstenez vous de pique-niquer (l’herbe ne doit être couchée : fourrage pour les bêtes), ne vous écartez pas du balisage.
L’itinéraire longe sur 4 km environ le bord de fleuve. Remarquer au passage les restes d’un ancien moulin en ruine. Attention certains passages surplombes l’eau : prudence avec les enfants.

6. Lorsque l’itinéraire s’écarte des berges, remonter jusqu’à la petite route qui rejoint Labroquère. Tourner à gauche, sur un chemin qui passe à travers champs. Suivre la piste, jusqu’à la route.

7. Tourner à gauche puis au premier carrefour à droite.
Continuer sur la route pendant 400 m environ, puis prendre à gauche une petite ruelle rejoignant la rue de départ de la promenade.

.

La Garonne

Dés l’antiquité, la Garonne fournissait aux habitants les matériaux nécéssaires à la construction (galets), sable). Mais la Garonne à également jouée un rôle capital comme moyen de trasport de marchandises lourdes.
Jusqu’au milieu du 18ème siècle les routes carrossables étaient inexistantes dans le Haut-Comminges. Déjà au temps des romains le fleuve servait pour le transport de Marbre, de Minerai de fer.
La fin du Moyen Age voit la construction de plusieurs ports fluviaux. Ils serviront jusqu’au 19ème siècle.
Des radeaux achemineront du bois de chauffage ou de construction (essor de la ville de toulouse et besoin croissant de bois pour la Marine Royale), mais aussi le marbre de Saint-Béa, et par fois de la glace, collecté sur les montagnes, pour remplir les glacières de tououse. L’éssentiel du bois provenait de l’exploitation des forêts du Val d’Aran, de Melles, de Boutx ou du Luchonais, mais également de la Barousse et des Frontignes (Ports de Bagiry et de Loures Barousse).
Assemblé, le bois flotait guidé par des "radeleurs" expérimentés jusqu’à Cazère puis Toulouse ou Bordeau.
L’évolution des techniques de construction, le désenclavement routier au milieu du 18ème siècle mais surtout l’arrivée du chemin de fer (fin 19ème siècle) mirent un terme à cet épopée.



Marchés publics | Contacts | Plan du site | Mentions légales |